les actualités de la Fondation Orange

semaine de la solidarité : la solidarité, c’est l’affaire de tous chez Orange

A l’occasion de la 3e édition de la semaine de la solidarité, qui se déroule du 15 au 19 septembre, la Fondation Orange met en lumière l’esprit solidaire des 7 000 salariés du groupe qui ont choisi de s’engager.

« Aujourd’hui, chez Orange, la solidarité, c’est plus que jamais, l’affaire de tous. C’est ce qui renforce la dimension humaine de notre entreprise. Je compte sur vous tous pour porter et faire vivre cette dynamique de solidarité ! »
Brigitte Audy, Secrétaire générale de la Fondation Orange

Lire la suite…

les projets Villages : où en sommes-nous ?

La Fondation Orange est convaincue que le numérique représente un levier de développement permettant d’imaginer des solidarités nouvelles et innovantes dans tous les pays. Mais le numérique ne résout pas tout. En Afrique de nombreuses personnes ont besoin d’une aide d’une autre nature pour accéder à l’éducation de base. C’est pourquoi la Fondation poursuit ses engagements sur le terrain : installer des puits, des écoles, des centres de santé dans des villages, c’est le principe des Villages Orange. Ainsi un Village peut satisfaire les besoins fondamentaux et permettre aux enfants – notamment aux filles  chargées de la corvée d’eau – d’aller à l’école.

La Fondation Orange met en place le projet « Villages » dans 10 pays

IMG_7650

A l’horizon 2015, l’objectif est que les villages les plus démunis disposent d’une école, d’un centre de santé et d’un point d’eau, dans tous les pays en développement où le Groupe Orange est implanté pour un développement durable et une autonomisation des habitants.

Si la base est unique, chaque Village est différent. En effet, l’infrastructure s’adapte à chacune des régions et de leurs spécificités, comme les ressources naturelles permettant un revenu économique stable.

L’inauguration prochaine du village de Bir Salah en Tunisie est pour nous l’occasion de faire le bilan des projets villages mis en place précédemment.

Lire la suite…

la 2ème journée internationale des filles : la Fondation Orange soutient Plan France dans sa lutte contre les mariages précoces

Dans le cadre de la campagne de sensibilisation « Because I am a girl », ce soutien prend deux formes :

visuel_plan_garcon_Pierre_Anthony_Allard_300Plan France a développé une application Facebook présentant une photo de classe sur laquelle toutes les petites filles ont disparu car victimes de mariages précoces. Chaque internaute est invité à se mobiliser et liker la photo pour faire revenir symboliquement les filles sur les bancs de l’école. A chaque clic d’internaute, la Fondation Orange reversera 1 euros pour soutenir un projet en faveur des filles.
Cette application est en place sur la page Facebook de Plan France jusqu’au 11 octobre 2013.

Lire la suite…

résultats de l’appel à projets numériques à l’international 2013

Suite au succès des premiers appels à projets Orange Solidarité Numériques en 2012, la Fondation Orange a souhaité renouveler en 2013 son engagement auprès de projets s’inspirant des technologies numériques  pour développer des solutions innovantes dans les domaines de la santé et de l’éducation.

Ce nouvel appel à projets numérique à l’international, ouvert au mois de juin 2013, repose sur la conviction que le numérique représente un formidable levier de développement permettant d’imaginer des solidarités nouvelles pour venir en aide aux populations démunies à travers le monde.

Lire la suite…

Education Numérique en Bibliothèques

Et si l’éducation pour tous passait par les outils numériques ? C’est la question posée par un nouveau projet de l’association Bibliothèques sans Frontières, soutenue par la Fondation Orange dans le cadre de son appel à projets numériques international.

Le défi relevé par Bibliothèques sans Frontières est celui de partager en Afrique le modèle de la Khan Academy, cette plateforme d’enseignement en ligne développée aux Etats Unis depuis 2006 et considérée comme l’une des initiatives les plus intéressantes en matière d’éducation numérique.
Fondée par Salman Khan, un américain d’origine bangladaise, la Khan Academy est une association à but non lucratif qui propose plus de trois mille vidéos de cours en ligne disponibles en accès libre. Véritable « succes story », l’idée de départ qui consistait à publier des tutoriels de mathématiques d’une dizaine de minutes s’est rapidement élargie à d’autres sujets que les sciences et l’ « Academy » comprend maintenant une vaste gamme de domaines qui vont de l’histoire, la finance, l’économie et l’art pictural à la façon de faire des flocons de neige en papier !

Des leçons de 10 minutes et des supports vidéos diffusés sur YouTube, il n’en fallait pas plus pour débuter la révolution silencieuse de l’éducation. Avec plus de 243 millions de « leçons » dispensées, la Khan Academy est résolument dans l’air du temps en répondant à la demande mondiale d’innovations pédagogiques et de nouveaux mode d’enseignement. Partout, les « MOOC » (à traduire comme «cours ouverts et massifs ») sont à la mode. Ces plateformes d’enseignement en ligne, qui peuvent proposer les cours des plus grandes universités américaines, permettent à chacun d’étudier à distance et à son rythme depuis son écran. Face au foisonnement des nouveaux outils numériques, il s’agit désormais de choisir ceux qui sont susceptibles d’offrir les plus grandes opportunités pour l’éducation. Richesse des contenus, approche individualisée, multiplicité des moyens de diffusion, il semble que les nouvelles pratiques pédagogiques ne pourront bientôt plus se passer du numérique.

Bibliothèques sans Frontières et la Fondation Orange font aujourd’hui le pari de mettre ces innovations au service de l’éducation en Afrique avec le projet « Education Numérique en Bibliothèques ».

Les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) des Nations Unies ont fait de l’accès à l’éducation de base l’une des priorités en matière de développement. L’objectif n°2, qui prévoit « d’ici à 2015, de donner à tous les enfants, garçons et filles, partout dans le monde, les moyens d’achever un cycle complet d’études primaires » est sans conteste l’un des OMD qui affichent le plus fort taux de réussite globale avec des résultats déjà atteints dans certains pays. Cependant, si les objectifs quantitatifs sont satisfaisants, la question de la qualité de l’enseignement prodigué reste problématique, et ce particulièrement en Afrique Sub-saharienne où le fossé à combler est important. L’éducation en Afrique reste bien souvent ralentie par un nombre très élevé d’élèves par classe (parfois jusqu’à 100), des enseignants souvent sous-formés et des pratiques d’enseignement désuètes. Les cours magistraux ne laissent aucune place à l’expression et à la créativité des élèves et conduisent à en laisser un grand nombre en situation d’échec scolaire.

Dans ce contexte, la mise en place de nouvelles méthodes pédagogiques permises par les outils numériques permettra d’améliorer la qualité de l’enseignement et donc d’augmenter le niveau d’éducation des élèves. C’est en tout cas l’objectif du projet « éducation numérique en bibliothèques » qui sera lancé à Youndé au Cameroun et à Abijan en Côte d’Ivoire par Bibliothèques Sans Frontières et la Fondation Orange.
Il consiste à expérimenter l’usage des vidéos et exercices de mathématiques de la Khan Academy, traduits en français, au sein de deux bibliothèques partenaires situées dans des quartiers populaires des capitales des deux pays. Il est principalement envisagé comme un tutorat destiné à des élèves en difficulté qui n’ont pas les moyens de bénéficier de cours de soutien scolaires payants, identifiés par leurs enseignants. Les expériences ont en effet prouvé que le suivi éducatif en dehors des murs de l’école représente un facteur de réussite essentiel pour les enfants scolarisés et facilite leur maintien dans le système scolaire. Les bibliothèques choisies, situées à proximité de nombreux établissements scolaires, profitent du fort taux de scolarisation de la zone. Ainsi près de 700 enfants en difficulté (350 par pays) vont pouvoir participer aux sessions de tutorat organisées tout au long de l’année et pendant les vacances.

Bibliothèques sans Frontières a déjà commencé la première phase du programme, à savoir la traduction en français et la diffusion des cours de maths de la Khan Academy. Jusqu’en décembre 2013, plusieurs centaines de vidéos seront traduites et mises en ligne sur une interface de consultation créée spécialement pour le projet. La mise en œuvre de l’expérimentation s’appuiera ensuite sur des partenariats avec des Ministères, des établissements scolaires et les deux bibliothèques, au sein desquelles seront recrutés des chefs de projet pour la coordination du programme et des tuteurs pour l’accompagnement des élèves. Le partenariat avec ces bibliothèques permettra de sensibiliser et de former plusieurs centaines d’enseignants, bibliothécaires et ministères à l’utilisation de ces nouveaux outils et de produire des instruments de capitalisation pour en faciliter l’usage dans l’ensemble des pays francophones, avec un effet multiplicateur important.

Le Cameroun et la Côte d’Ivoire, du fait de leur envergure sous régionale respective, sont particulièrement pertinents en tant que lieux d’expérimentation. Ils permettront d’effectuer une évaluation et une capitalisation comparatives, et faciliteront une diffusion importante des résultats. Conçu comme une expérience pilote, le programme a en effet vocation à être étendu pour atteindre l’ensemble de l’Afrique francophone.
Un premier test des vidéos réalisé le 4 mai 2013 auprès de 22 élèves de CM1 et CM2 dans la bibliothèque du CLAC au Cameroun a montré des résultats très positifs puisque 100% des élèves ont déclaré avoir apprécié l’activité, 100% ont dit avoir compris les vidéos et 100% de ceux qui n’avaient pas réussi les premiers exercices ont fait des progrès après le visionnage des vidéos. Des conclusions très encourageantes que l’on espère retrouver également à plus grande échelle.

Pied de page